DOPE SAINT JUDE

 

 

 

 

 

 

Dope Saint Jude (Catherine Saint Jude Pretorius) est une artiste et rappeuse originaire de Cap Town en Afrique du Sud. Née et élevée au Cap où elle forge son identité, elle vit actuellement à Londres où elle exprime son art et son attachement à ses racines. Dope Saint Jude commence à rapper en tant que drag king au Cap. Elle fonde en 2011 le tout premier collectif du pays. Véritable autodidacte, elle explore et apprend la production musicale avant de lancer sa propre musique sous le nom de Dope Saint Jude.

Son premier titre « Hit Politik » en 2015 sera suivi de « Golden Ratio » quelques temps après. En 2016, Dope sort son premier EP autoproduit « Reimagine » sur Soundcloud. La journaliste d’Okay Africa Sabelo Mkhabela la décrit alors comme « une tapisserie d’émotions – c’est l’histoire de quelqu’un qui vit – traverse des événements marquants, s’entoure de ses proches, mène ses combats et célèbre les victoires ». Fortement axé sur l’expérience sud-africaine queer, le travail de Dope a été présenté dans des écoles et des universités du monde entier. Le professeur Adam Haupt, Directeur du « Centre for Film and Media Studies » de Cape Town, lui a d’ailleurs attribué le mérite d’avoir « transformé et diversifié le hip hop sud-africain (à prédominance masculine et hétéronormative) avec son identité Queer ». Deux jours après la sortie de « Reimagine » en 2016, Dope Saint Jude perd sa mère soudainement, ce qui impacte profondément sa direction musicale. Elle entame alors un travail spirituel d’introspection. En 2018, elle sort « Resilient », une ode à sa mère et à la résilience qu’il a fallu pour surmonter cette perte tragique.

« Grrrl Like » (prod. Pete Boxsta Martin), qui commence fort avec la réplique « Je suis comme ma mère» a été positivement reçu par le public et l’industrie musicale. L’EP « Resilient » dévoile un travail plus abouti de Dope Saint Jude, avec une approche introspective explorant des sujets tels que l’amour de soi, l’indépendance et la compréhension de l’identité queer.
En 2019, Dope Saint Jude s’impose comme une bête de scène avec sa première tournée dans plus de 50 salles et scènes en France, en Suisse, en Belgique, en Allemagne, au Portugal et au Royaume-Uni, dont le Printemps de Bourges, le Festival de Dour ou encore la Fête de l’Humanité. La jeune rappeuse est motivée par le besoin de créer une oeuvre authentique qui reflète son expérience vécue. Son univers musical est éclectique, s’inspirant des artistes comme Bikini Kill, Mykki Blanco, Kanye West, Alanis Morissette, M.I.A et Santigold. Elle a l’ambition d’utiliser la musique comme moyen pour donner un sens à son monde, se responsabiliser et, par conséquent, sensibiliser les autres. L’attention qu’elle porte aux sujets tels que la joie, l’amour de soi et le women empowerment, a été décrite par Dope comme un « acte politique, parce que le monde m’a laissé croire que je n’étais pas digne de cela et ma musique est mon défi. Je suis digne de toute la beauté que ce monde a à offrir ».

Son projet à venir, « Higher Self », est une méditation sur les valeurs qui gouvernent sa vie. Elle honore ses ancêtres avec « War » et met l’emphase sur l’importance des rêves avec « You’re Gonna Make It/Higher Self » et sur l’intimité et le réconfort d’une relation avec le titre « Home ». Dope Saint Jude entre dans une nouvelle ère, elle a mûri et s’est imposée dans ses choix artistiques et sa musique.

 

 



VIDEOS